Gorges de Samaria

Gorges de Samaria

Also available in English German French

Gorges de Samaria est la plus longue et l'une des plus imposantes gorges d'Europe. Il s'agit peut-être du sentier de randonnée le plus populaire de Grèce, visité par des milliers de personnes chaque été. Il a été désigné comme un Monument protégé de la naturepar le Conseil européenet c'est l'un des plus importants Parcs nationaux sur Crète et la Grèce.

La gorge est longue de 18 kilomètres et sa largeur varie entre 150 m et 3-4 mètres à son point le plus étroit, qui est connu sous le nom de Sideroportes. Par le passé, les gorges ont souvent servi de refuge aux populations locales, qui s'y réfugiaient pour échapper aux tueries, pendant les périodes d'occupation étrangère. En 1770, des milliers de femmes et d'enfants de la région s'y sont réfugiés après l'invasion de l'Empire britannique. La révolte des Daskalogiannis.

La randonnée dans la gorge commence à Xyloskaloen Omalos (à une altitude de 1 200 mètres). La plupart choisissent de commencer très tôt le matin, car il faut compter entre 4 et 8 heures, en fonction de la forme physique, du rythme de marche et du nombre de photos que l'on s'arrête pour prendre. En moyenne, six heures suffisent pour ceux qui souhaitent profiter de l'itinéraire sans être trop pressés. Sur le sentier descendant qui commence à XyloskaloVous commencerez la descente impressionnante au fond de la gorge, vers le cours d'eau. Au début, le lit du cours d'eau se trouve sur la droite du promeneur, mais il faudra le traverser plusieurs fois en cours de route. La descente du sentier, jusqu'à l'emplacement du NeroutsikoIl faut compter environ 40 minutes. Là, le chemin devient moins escarpé. En descendant les gorges de Samaria, on découvre un paysage varié, avec des sources d'eau, des bassins et d'impressionnants gros rochers couchés dans le cours d'eau, ainsi que de nombreux arbres, tels que des platanes, des pins et des cyprès.

Gorges de Samaria

Dans l'Antiquité, le bois de cyprès coupé dans la gorge était exporté vers l'Égypte. En effet, on pense que toute une "industrie" a fonctionné ici, afin de fournir les matériaux nécessaires à la construction des palais minoens. Les arbres et les chênes à feuilles caduques enracinés sur les plus hautes falaises, les parfums ineffables des herbes et l'occasionnel bouc sauvage crétois (kri-kri) grimpant sur une pente raide (pour ceux qui ont la chance de la voir) rendent le trekking à travers cette gorge inoubliable. Des centaines d'espèces de faune et de flore (dont certaines sont endémiques) se trouvent dans le parc national de l'île. Parc national de Samarie. Environ un kilomètre après Neroutsiko, le R?za Sikias (= racine de figuier), on peut voir une source d'eau. Après environ 30 minutes de plus, on atteint la chapelle de Agios Nikolaosqui est entouré d'énormes cyprès. On pense que l'ancienne ville de Keno a existé ici. Selon la mythologie, Keno était le lieu de naissance de la déesse Vritomartys.

À partir de ce point, la gorge se rétrécit. Environ 4 kilomètres plus bas, on atteint le village de Samaria, qui a été évacué en 1962 lorsque les gorges ont été déclarées parc national. En remontant la pente sur une courte distance après le village de Kato Chorioon peut visiter la chapelle de Osia Mariaà laquelle la Samarie doit son nom.

Plus bas, on passe par un endroit nommé Tis Perdikas à Nero (= eau de la perdrix), où se trouve une source d'eau. Environ un kilomètre après, Kefalovrisiaon aperçoit un endroit caractérisé par ses énormes platanes. Selon les légendes grecques, l'eau qui jaillit des racines de ces platanes alimentait le sanctuaire de l'Oracle d'Apollon, qui existait dans la région. Ensuite, on passe par le chapelle du Christ (Christos) et arrive à l'une des parties les plus impressionnantes de la gorge, le fameux Sideroportes (= Les portes de ferégalement connu sous le nom de Portes = portes). C'est le point le plus étroit de Gorge de Samariaoù les murs verticaux se dressent au-dessus de vous. Avec un peu de chance, vous apercevrez peut-être une chèvre sauvage crétoise, perchée sur le précipice. Après Portes, le paysage s'adoucit un peu et le cours d'eau commence à s'élargir. Les billets d'entrée sont vérifiés à la sortie de la gorge, pour s'assurer que personne n'a été oublié ou n'a décidé de camper à l'intérieur de la gorge.

La dernière section de la marche s'avère souvent être la plus difficile. La gorge est derrière, mais la chaleur devient difficile à supporter et la fatigue prend le dessus. Heureusement, la mer de Libye est maintenant toute proche. L'hébergement est disponible à Agia Roumeli. Il y a aussi la possibilité de prendre le bateau qui va à Loutro, Chora Sfakion, Sougia ou Paléochora.

 

fr_FRFR